Pont Kinshasa-Brazzaville : le projet fait débat en RDC


Image Post

Politique Publié le : 16/05/19 à 13:51:45
Par : Africanews




Nonobstant ses « importantes » retombées économiques envisagées par des observateurs, le pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville est loin de faire l’unanimité. Des notables de la province du Kongo-central en RDC s’y opposent farouchement au point de menacer de faire sécession.

De part et d’autre du fleuve Congo on attend qu’arrive enfin 2020. Cette année qui marquera le début des travaux du pont entre Brazzaville et Kinshasa. Et les porteurs et contributeurs du projet dont la Banque africaine de développement (BAD) semblent déjà prêts.

« Les travaux vont démarrer en août 2020. On est vraiment très précis, nous avons conclu de faire le financement du pont route-rail qui va lier Kinshasa à Brazzaville avec un montant total de 550 millions de dollars (…). Et la BAD contribuera à hauteur de 210 millions de dollars (plus de 167 millions d’euros) », a récemment expliqué Akinwumi Adesina, président de l’institution financière au terme d’une visite de trois jours au Congo-Brazzaville.

Selon des sources proches, la passerelle mesurera près de 1575 mètres et sera constituée d’un péage, d’une voie ferrée, d’une route et d’un trottoir. Au grand bonheur des peuples et des autorités des deux pays. En raison de ses retombées multiformes, surtout économiques.

« Le projet permettra aux deux pays de développer des zones économiques spéciales de part et d’autre du pont », déclarait par exemple en novembre dernier, Jean-Jacques Bouya, ministre congolais (Brazzaville) de l’Aménagement, de l‘Équipement du territoire et des Grands Travaux.

Menace de sécession ?

Mais, qui dit que ce pont ne fera que des heureux ? En tout cas, pas les notables du Kongo-central, province de l’extrême sud-ouest de la RDC. Pour eux, le projet pourrait davantage porter préjudice au port de Matadi, chef-lieu du Kongo-central. Et surtout jeter aux oubliettes la construction d’un port en eaux profondes à Banana, juste à l’embouchure du fleuve Congo.

« La plupart des conteneurs qui descendent là-bas (à Pointe-Noire, NDLR) sont destinés à venir en RDC. Ces gens qui ne veulent pas de notre République, créent une situation pour nous affaiblir et le gouvernement central qui accepte tout ça puise son fonctionnement où ? N’est-ce pas au Kongo-Central ? Où est-ce qu’on a mis le projet de construction du port en eaux profondes à Banana ? » , s’interroge Venant Wabelo, porte-parole des notables du Kongo-central cité par Radio Okapi.

« Ceux qui tiennent à la construction du pont entre Kinshasa et Brazzaville doivent d’abord commencer par réaliser le port de Banana », propose-t-il, appelant à la sagesse du président Tshisekedi afin que ce dernier diligente l’application d’un accord conclu en mai 2018 avec la firme DP World des Émirats arabes unis sur la construction du port de Banana.

« Dans le cas contraire, prévient-il, plusieurs actions seront menées pour contrer l’exécution de ce projet . Et si ça continue, on risque de solliciter l’indépendance du Kongo-central », prévient encore Wabelo.

De son côté la Lutte pour le changement (LUCHA) estime que ce débat devrait être creusé le plus profondément possible.

« Le débat sur l’inopportunité du pont route-rail Brazzaville devrait être poussé plus loin : avons-nous une politique économique ? Qui déterminent nos priorités tant économiques que sociales ? Quels sont les projets avec incidence positive sur la population ? », S’interroge le mouvement citoyen sur sa page Twitter.

Le débat sur l’inopportunité du pont route-rail Brazzaville devrait être poussé plus loin: avons-nous une politique économique ? Qui déterminent nos priorités tant économiques que sociales? Quels sont les projets avec incidence positive sur la population? 

Reste à savoir si Kinshasa tiendra compte de ces doléances avant de matérialiser ce projet qui date de l‘ère de l’ancien président Mobutu              Sese Seko(1965-1997).


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


Massacre de Beni : Un rescapé affirme avoir vu la Monusco se joindre à l’Ennemi

Selon un rescapé du massacre de la nuit du vendredi au réveil du samedi 16 novembre, interviewé par les confrères de la Radio Moto OICHA, des casques bleus sont venus parler aux rebelles Ougandais en plein carnage.   Des pr&eacut...

Politique - il y a 2 joursLire la suite

RDC : le Congo ne changera pas, si nous ne sortons pas de la distraction, de la main tendue (Cardina...

Dans son Homélie à l’occasion de sa  messe de prémisse de ce dimanche 17 novembre 2019 au stade des martyrs de Kinshasa, le  Cardinal Ambongo,  pense que la RDC ne changera pas si nous ne sortons pas de la distraction, de la mai...

Politique - il y a 2 joursLire la suite

Burundi : l'opposant Agathon Rwasa dénonce des manigances visant à écarter son parti avant les é...

Quelques mois avant l‘élection présidentielle de 2020 au Burundi, le principal dirigeant de l’opposition, Agathon Rwasa, dénonce des “arrangements” visant à “se débarrasser” de son parti, le Conseil ...

Politique - il y a 2 joursLire la suite

RDC : faire cesser les massacres des ADF à Beni, un défi pour l'armée et Tshisekedi

C’est le conflit le plus violent dans l’est de la République démocratique du Congo, menaçant la stabilité régionale: une quarantaine de civils ont été massacrés par des miliciens en dix jours dans la r&...

Politique - il y a 2 joursLire la suite

Durban : Claude Nyamugabo élu à la vice-présidence de la Conférence des ministres africains de l...

Le ministre congolais de l’Environnement, Claude Nyamugabo Bazibuhe, a été élu vice-président de la Conférence des ministres africains de l’environnement, à la clôture des travaux de la 17ème session ord...

Politique - il y a 3 joursLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire