Nord-Kivu : Sur la tête il n’ya qu’une seule bouche (FELLER Lutaichirwa à la presse du Nord-Kivu)


Image Post

Politique Publié le : 26/06/19 à 12:26:23
Par : Daniel Michombero




Dans une conférence de presse organisée par le gouverneur ai du Nord-Kivu ce mercredi 26 juin, les journalistes ont voulu savoir la motivation de FELLER Lutaichirwa  sur son silence vis-à-vis de la presse locale. Le concerné qui n’a pas avalé cette affirmation d’un côté pense qu’il ne devrait pas beaucoup parler à lors que le titulaire était encore là.

‘‘ Vous avez quel problème avec la presse du Nord-Kivu ? Par ce que  depuis maintenant 150 mois à la tête de la province, vous n'avez jamais tenu pareille conférence de presse organisée à la veille de votre départ?, ’’ demande Rosalie Zawadi présidente de l’Union Nationale de la Presse du Congo.

‘‘ La réponse que je peux vous donner madame, ce que si vous observez bien, sur notre tête, il y a deux yeux, deux oreilles, deux narines mais il n’y a qu’une seule bouche. Je pense que le gouverneur a beaucoup communiqué avec les journalistes. Il n’aurait pas renoncé et je ne serais pas ici et ce ne pas que je ne pas démérité. Par ce qu’il a ouvert ce régime de renoncement voilà ce qui me fait l’obligation de communiquer…,’’  a répondu le gouverneur ai de la province du Nord-Kivu.

12 ans et 6 mois sont écoulées mais le vice-gouverneur n’avait jamais invité la presse comme aujourd’hui. FELLER Lutaichirwa est à tout cas l’homme politique qui parle moins à la presse en province. Pourtant il quitte la tête de la province après avoir touché plusieurs coins et dossiers sensible du Nord-Kivu. L’assemblée provinciale elle a annulé plusieurs de ses arrêtés signés quelques jours avant son départ. Carly Nzanzu Kasivita, le successeur de Julien Paluku Kahongya se livrera-t-il au micro et à la plume comme s’était le cas il y a quelques mois quand il était ministre et député provincial ? Fuir la presse, c’est s’éloigner de la population, pourtant l’approcher sans prudence c’est brûler la cité. Les nouveaux animateurs ont donc le choix.


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


Ituri : l'assemblée provinciale destitue le gouverneur Jean Bamanisa

La motion de défiance contre le gouverneur de province de l’Ituri, Jean- Bamanisa Saidi, a été votée à la majorité des députés provinciaux présents lors d'une séance plénière tenue...

Politique - il y a 5 hrsLire la suite

Budget 2020 : Le député national Misare Mugomberwa Claude dénonce une assemblée nationale mus...

Ce lundi  18 novembre 2019, les députés nationaux se sont réunis  dans l'hémicycle  pour débattre autour du projet de loi de finances pour l'exercice 2020. Le député national Misare Mugomberwa Claude d&eacu...

Politique - il y a 10 hrsLire la suite

CPI: La Chambre d'appel rendra son arrêt concernant la décision portant fixation des nouvelles pei...

La Chambre d'appel de la Cour pénale internationale rendra son arrêt le mercredi 27 novembre 2019 à  La Haye, dans l'appel de M. Jean-Pierre Bemba Gombo contre la décision portant fixation d'une nouvelle peine pour Jean-Pierre Bemba, Aim&...

Politique - il y a 14 hrsLire la suite

Massacre de Beni : Un rescapé affirme avoir vu la Monusco se joindre à l’Ennemi

Selon un rescapé du massacre de la nuit du vendredi au réveil du samedi 16 novembre, interviewé par les confrères de la Radio Moto OICHA, des casques bleus sont venus parler aux rebelles Ougandais en plein carnage.   Des pr&eacut...

Politique - il y a 3 joursLire la suite

RDC : le Congo ne changera pas, si nous ne sortons pas de la distraction, de la main tendue (Cardina...

Dans son Homélie à l’occasion de sa  messe de prémisse de ce dimanche 17 novembre 2019 au stade des martyrs de Kinshasa, le  Cardinal Ambongo,  pense que la RDC ne changera pas si nous ne sortons pas de la distraction, de la mai...

Politique - il y a 3 joursLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire