Ebola : La Tanzanie ne partage pas d'informations sur les cas suspects d'Ebola, (OMS)


Image Post

Société Publié le : 22/09/19 à 20:28:54
Par : Daniel Michombero




Un pays d'Afrique de l'Est n'a pas encore commenté le reproche de l'OMS, mais avait précédemment déclaré à l'agence de la santé des Nations Unies qu'il n'avait aucun cas d'Ebola.

 L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a adressé à la Tanzanie un rare reproche vis-à-vis de son incapacité à fournir des informations détaillées sur les cas suspectés d’Ebola.

Dans une déclaration publiée samedi, l'agence de santé des Nations unies a annoncé avoir appris l'existence d'un cas présumé mortel du virus à Dar es Salaam, la capitale commerciale de la Tanzanie, et deux autres qui, malgré des demandes répétées, n'ont reçu aucune information des autorités du pays.

"A ce jour, les données cliniques, les résultats des investigations, les contacts possibles et les éventuels tests de laboratoire effectués ... n'ont pas été communiqués à l'OMS", précise le communiqué.

"Les informations officielles disponibles limitées fournies par les autorités tanzaniennes représentent un défi", a-t-il ajouté.

Les autorités tanzaniennes n'ont pas réagi immédiatement, mais des experts en santé mondiale ont qualifié de très inhabituelle la déclaration de l'OMS.

«L’OMS, presque par faute, est très réticente à appeler les pays et à les nommer de manière critique» , a déclaré à Al Jazeera Lawrence Gostin,  directeur du corps professoral de l’Institut O'Neill pour le droit de la santé nationale et mondiale à l’Université de Georgetown, aux États-Unis.

"Le fait qu'ils aient agi de la sorte en Tanzanie témoigne à la fois de leur inquiétude face à l'épidémie et de la violation des normes légales et éthiques commises par le gouvernement tanzanien en refusant de coopérer avec l'OMS", a ajouté Gostin.

Une épidémie d'Ebola en cours en République démocratique du Congo (RDC) - qui partage une frontière avec la Tanzanie - a tué plus de 2 000 personnes à ce jour.

"Penser que le virus Ebola pourrait se propager dans d'autres pays et se propager dans ces pays est vraiment terrifiant", a déclaré Gostin.

"S'il se rend dans un grand centre commercial comme Dar es-Salaam avec des itinéraires internationaux et une population très dense, il est difficile de surestimer la gravité d'un problème de santé mondial."

"Les enquêtes devraient continuer"

Dans une déclaration du 18 septembre, l'OMS a déclaré que la Tanzanie avait informé quatre jours auparavant son absence de cas d'Ebola.

"Cela faisait suite à des rumeurs précédentes selon lesquelles une personne était morte et une maladie survenue chez une autre personne", a déclaré l'OMS dans cette déclaration. "Les autorités tanzaniennes n'ont pas indiqué qu’elle aurait pu être la cause de la maladie."

L'inquiétude s'est concentrée sur une femme décédée le 8 septembre à Dar es Salaam, où vivent environ six millions de personnes, après avoir présenté des symptômes communs à plusieurs maladies, notamment Ebola.

L'OMS a déclaré que les contacts identifiés du défunt auraient été officieusement mis en quarantaine dans divers sites en Tanzanie.

Deux autres cas suspects ont également été signalés de manière non officielle dans le pays, qui est fortement tributaire du tourisme.

"A ce stade, l'OMS n'a pas connaissance de signes de transmission généralisée d'une maladie liée à ces cas. Toutefois, les investigations, y compris avec le soutien des centres collaborateurs de l'OMS, devraient continuer à poser un diagnostic et à éclairer l'évaluation des risques" déclaration de l'agence a dit.

Le 14 septembre également, le ministre tanzanien de la Santé, Ummy Mwalimu, a déclaré que le gouvernement avait enquêté sur deux cas récents de maladies inconnues, mais qu'il ne s'agissait pas d'Ebola.

"Les deux patients n'avaient pas Ebola", a  déclaré Mwalimu  à la presse. "Il n'y a pas d'épidémie d'Ebola en Tanzanie au moment où nous parlons, les gens ne devraient pas paniquer."

Elle n'a pas précisé si les deux cas ayant fait l'objet d'une enquête incluaient le décès de la femme.

Le porte-parole de l’OMS,  Tarik Jasarevic, a déclaré que l’agence de l’ONU était prête à aider les autorités tanzaniennes au cas où une épidémie se confirmerait dans ce pays d’Afrique de l’ Est. 

"L'OMS se tient prête à faciliter la livraison de divers articles, y compris des vaccins et des agents thérapeutiques, à la demande du gouvernement ", a déclaré Jasarevic à Al Jazeera.

Dans le même temps, Gostin a appelé la Tanzanie à modifier son "comportement particulièrement odieux" face aux cas suspects et à collaborer immédiatement avec l'agence de l'ONU.

"Il  doit partager toutes les informations, les virus et les échantillons de patients avec l'OMS", a déclaré Gostin.

"Il doit également inviter l'OMS et les autres premiers intervenants internationaux [dans le pays] à mener des enquêtes, à détecter les infections possibles et, si nécessaire, à isoler ces cas et à rechercher les contacts", a-t-il ajouté. "Rien ne pourrait être plus important."

Alarme régionale

Les autorités d'Afrique orientale et centrale sont en alerte maximale en cas de propagation du virus Ebola en provenance de RDC, où une  épidémie de 13 mois  a tué plus de 2 000 personnes.

L'épidémie a été officiellement déclarée en août 2018 et se limite principalement aux provinces de l'est du Nord-Kivu et de l'Ituri, en RDC.

Quelques cas ont été confirmés en Ouganda voisin plus tôt cette année après le passage de patients infectés à la frontière, mais tous ces individus sont décédés ou ont été renvoyés en RDC pour un traitement spécialisé.

Samedi, les responsables de la santé de la RDC ont annoncé  leur intention d'introduire un second  vaccin - fabriqué par la société américaine Johnson & Johnson - pour lutter contre le virus, qui  se transmet par  contact avec  les fluides corporels  des personnes  infectées. 

Il viendra compléter un autre vaccin produit par le géant pharmaceutique américain Merck, qui a été administré à plus de 220 000 personnes dans le but de réduire l'épidémie.

Jasarevic a déclaré que l'OMS "continuait à travailler" avec Merck et les chercheurs pour accroître la disponibilité des vaccins contre Ebola. Lorsqu'on lui a demandé si une flambée épidémique en Tanzanie épuiserait les ressources disponibles, il a déclaré qu'il y avait "suffisamment de ressources" pour les efforts de réponse en cours.

Malgré le programme d'inoculation, les problèmes de sécurité dans l'est de la RDC ont régulièrement entravé les efforts visant à mettre un terme à l'épidémie. Les équipes médicales ont régulièrement attaqué des équipes médicales qui tentaient de lutter contre la  fièvre hémorragique  dans un climat de méfiance vis-à-vis de l'épidémie et des efforts déployés.

L'épidémie en cours est maintenant  la deuxième plus meurtrière jamais enregistrée depuis l'épidémie de 2013-2016 en Afrique de l'Ouest qui a tué plus de 11 300 personnes.

L'OMS,  qui avait qualifié cette épidémie d’’urgence de santé publique de portée internationale," en juillet, a  été vivement critiquée pour sa réponse lente à l'épidémie en Afrique de l'Ouest.

Par David Child de Aljazeera


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


Walungu : Justice populaire et violation des droits humains, le RFDP dénonce le silence des autorit...

Le territoire de Walungu connait aujourd'hui des cas de justice populaire et de violation des droits humains plus précisément à Cosho en sous groupement de Nyamarhege, groupement de Kaniola.  Dans son feuillet occasionnel de ce mois de Novemb...

Société - il y a 6 hrsLire la suite

Média: Radio Maendeleo primée pour son professionnalisme et sa proximité avec ses auditeurs ( VBG...

L'asbl Vision Barza Grands Lacs "VBGL" en sigle a décerné à la Radio Maendeleo un prix du niveau international de mérite, d'honneur, d'encouragement et de reconnaissance comme lauréate depuis la date du début de la commém...

Société - il y a 8 hrsLire la suite

Ebola : Une équipe d’intervention rapide contre la maladie formée au sein de l’armée et de la...

Le comité multisectoriel de la riposte à la maladie à virus Ebola cellule des équipes d’intervention rapide en collaboration avec l’OMS ont débuté ce vendredi 22 novembre 2019, une session spéciale de formatio...

Société - il y a 13 hrsLire la suite

La bourse hon Luc Mulimbalimba reçoit le soutien de plusieurs organisations australiennes

Poursuivant sa mission en Australie, le député Luc MULIMBALIMBA  a échangé  avec les plusieurs responsables des organisations australiennes notamment : l’organisation Birthing kit foundation Australie, Zonta international...

Société - il y a 2 joursLire la suite

RDC : Faillite des IMF et Coopec, la NDSCI demande l'implication du ministre des finances.

La Nouvelle Dynamique de la société civile du Congo "NDSCI" en sigle a saisi à travers une correspondance datée du 18 Novembre 2019, le ministre National des finances en vue de demander son implication.  Dans cette correspondance, la ND...

Société - il y a 2 joursLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire