Donald Trump « revendique » le Nobel de la Paix 2019


Image Post

Politique Publié le : 11/01/20 à 06:57:19
Par : Aboubakar Kigabi




Il est rarement attendu sur les questions africaines depuis son arrivée à la Maison Blanche. Jeudi, cependant, le président américain Donald Trump s’y est aventuré laissant entendre qu’il méritait le Nobel de la Paix 2019 pour avoir « sauvé » un pays africain.

Aucune référence au pays dont il faisait allusion, encore moins au lauréat du Nobel de la Paix pour cette cuvée 2019. Mais il n’a échappé à personne qu’il s’agissait de l’Ethiopie et de son Premier ministre Abiy Ahmed qui a remporté la prestigieuse récompense pour avoir tendu la main au frère ennemi érythréen, mettant ainsi fin à plusieurs décennies de guerre.

Pour Donald Trump, il avait autant de mérite que le dirigeant éthiopien dans la course au Nobel de la Paix. « J’ai conclu un accord, j’ai sauvé un pays, et je viens d’entendre que le chef de ce pays obtient maintenant le Prix Nobel de la paix pour avoir sauvé le pays. … Avais-je quelque chose à voir avec ça ? Ouais. Mais c’est comme ça », a déclaré le président américain devant ses partisans lors d’un meeting électoral dans l’Ohio.

Dans les coulisses de la paix surprise entre l’Ethiopie et l’Erythrée, les observateurs ont certes fait cas de l’intervention de puissances du Golf et des Etats-Unis, mais ont surtout souligné l’engagement du Premier ministre Abiy Ahmed de réformer strictement la matrice politique de l’Ethiopie. Outre l’Erythrée, l’effort de paix de l’Ethiopie a également fait souffler un vent de renconciliation sur la région de la Corne de l’Afrique. Vendredi, le bureau de la primature éthiopienne n’avait toujours pas réagi aux propos de Donald Trump.

D’ailleurs, le contexte de cette sortie qui continue d’intriguer, notamment en Ethiopie, reste difficilement situable. Si d’aucuns estiment que Donald Trump fait référence à une intervention américaine pour la sortie de guerre entre l’Ethiopie et l’Erythrée, un haut responsable éthiopien a confié à l’Associated Press, sous le couvert de l’anonymat, qu’il s’agit plutôt du conflit entre Addis-Abeba et Le Caire relativement au Grand Barrage de la Renaissance sur le Nil.

En effet, des analystes estiment que le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, opposé à l‘érection du barrage, a fait pression sur son homologue américain afin que ce dernier joue de son poids dans les négociations avec l’Ethiopie. L’idée étant d’arracher un accord à Addis-Abeba sur la mise en activité de ce barrage, objet de tensions entre l’Egypte, l’Ethiopie, mais aussi le Soudan. De fait, les Etats-Unis et la Banque mondiale jouent le rôle d’observateurs dans les pourparlers.

Des délégations de ces trois pays sont attendues lundi à Washington pour faire un rapport sur les négociations qui se sont achevées jeudi sans qu’un accord n’ait été trouvé.

 


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


Sud-kivu-Covid-19 : le député Homer Bulakali plaide pour le renforcement des mesures sécuritaires...

Dans une correspondance adressée  gouverneur de province et dont copie est parvenue à libregrandlac.com, l'élu de Bukavu note quelques irrégularités dans la prévention du coronavirus au Sud-Kivu et plaide pour le renfo...

Politique - il y a 18 hrsLire la suite

RDC : deux ex-ministres dont celui de la Santé condamnés pour détournements de fonds.

Deux anciens ministres, dont celui de la Santé qui avait géré le début de l’actuelle épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, ont été condamnés lundi à des peine...

Politique - il y a 5 joursLire la suite

Covid19 en RDC : la NDSCI suggère la mise en quarantaine des membres du gouvernement et la préside...

Dans son communiqué de presse relatif à la propagation de la pandémie de coronavirus en République Démocratique du Congo, la nouvelle dynamique de la société civile "NDCSI" en sigle dit suivre avec inquiétude la pr...

Politique - il y a 7 joursLire la suite

Coronavirus en RDC : l'opposant Fayulu sensibilise ses compatriotes

Cette fois-ci, ce n’est pas pour appeler les institutions de son pays à établir la « vérité des urnes », donc la victoire à la présidentielle de décembre 2018 remportée selon la commissi...

Politique - il y a 2 semainesLire la suite

RDC : un 2ème ex-chef de guerre condamné par la CPI libéré à Kinshasa

L’ancien chef de guerre congolais Germain Katanga, condamné par la Cour pénale internationale (CPI), a été libéré lundi à Kinshasa, vingt quatre heures après la libération  d’un autre ex-che...

Politique - il y a 2 semainesLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire