Sud-Kivu : En percevant l'impot foncier dans les cimetières, le gouvernement reconnait et légalise l'occupation anarchique et inhumaine


Image Post

Économie Publié le : 03/02/20 à 18:02:07
Par : Gaël Mpoyo





Le gouvernement provincial du Sud-Kivu a lancé la semaine dernière la semaine fiscale. Une semaine au cours de laquelle les assujettis s'acquittent de leurs devoirs civiques envers le pouvoir public. Parmi ces devoirs figure l'impôt foncier dont sa perception devrait requérir quelques normes.

M. Namur Kantitima, cadre de l'Union pour Nation Congolaise "UNC" en sigle, invite les à s'acquitter du devoir civique en payer l'impôt foncier, mais aussi à ceux qui font loger leurs maisons de payer l'impôt sur le revenu locatif. Selon lui, on ne peut pas exiger aux dirigeants de payer les salaires des enseignants, des militaires ainsi que la construction des infrastructures sans contribuer financement à cette reconstruction sociale.

Toutefois, ce haut cadre de l'Union pour la Nation Congolaise au Sud-Kivu s'interroge sur les mobiles de la dépréciation monétaire dont le taux a été revu à la hausse, soit un accroissement de plus de 30% par rapport au taux de l'année écoulée ainsi que la majoration de cet impôt qui est passé 11 à 15 dollars américains".

Par ailleurs, il estime que cette campagne devrait se poursuivre pour motiver chaque citoyen à verser sa part pour sa maison ou parcelle comme l'État Congolais a pris la charge et corde du siècle "la prime" qui désormais constituait un frein et blocage de l'épanouissement et investissement des familles démunies au Sud-Kivu en particulier et au pays en général.

M. Namur Kantitima note par ailleurs quelques irrégularités dans la perception de l'impôt foncier dans à Bukavu.

"Faut-il percevoir ou imposer l'impôt foncier aux habitants qui partagent le lieu avec nos morts ?" s'interroge-t-il

Ce dignitaire de premier rang de l'UNC estime que les morts devraient se reposer en paix et attendre le jour de la résurrection, fort malheureusement, aujourd'hui ils sont inquiétés par les vivants et que cueillir un impôt auprès des personnes qui spolient les cimetières constitue une reconnaissance et légalisation tacite de l'occupation anarchique et inhumaine de ces cimetières.


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


RDC: Assurance obligatoire à tout opérateur économique qui importe les marchandises en Républiq...

Ces mesures sont entrées en vigueur le 02 juillet 2020,après la signature du protocole d'accord de collaboration entre la Direction Générale des Douanes et accises et l'autorité de régulation et de contrôle des assurances ...

Économie - il y a 3 joursLire la suite

Burundi : des hôtels enregistrent des pertes énormes

Le Burundi reste relativement épargné par une recrudescence des cas positifs au coronavirus, seulement une dizaine de cas positifs et un décès. Sur le plan économique, le bilan est bien plus négatif. Le secteur de l’h&oci...

Économie - il y a 2 moisLire la suite

Uvira: Arrêt de trafic frontalier KAVIMVIRA-GATUMBA à partir de ce mardi 03 Mars

Les organisations des transporteurs et petits commerçants transfrontaliers réunis au sein de la Nouvelle Société Civile Congolaise, décrètent l'arrêt de trafic transfrontalier KAVIMVIRA-GATUMBA à partir de ce mardi ...

Économie - il y a 4 moisLire la suite

Bukavu : la SNEL en sérieuse difficulté de perception des factures de consommation du courant éle...

En dehors de la desserte défectueuse en courant électrique à Bukavu, la Société Nationale de l'Électricité ferait face aujourd'hui à d'énormes difficultés dans la perception des factures de consommati...

Économie - il y a 4 moisLire la suite

La RDC réduit son budget de 50 %, coup dur pour les grands projets sociaux du président

Moins 50 % : la République démocratique du Congo (RDC) doit revoir son budget 2020 à la baisse de près de moitié, a annoncé lundi le ministère des Finances, un coup dur pour les grands projets anti-pauvreté du pr&e...

Économie - il y a 5 moisLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire