Image Post

Sud-Kivu : Procès Ngwabidge-Kalemaza, plaidoirie de la partie civile vide, le conseil du prévenu ne s'attend qu'à l'acquittement.

La neuvième audience du procès qui oppose le gouverneur de province Théo Ngwabidje Kasi au porte parole provincial du Parti Congolais pour le Progrès "PCP" M. Heri Kalemaza a eu lieu ce vendredi 18 septembre 2020. Cette audience à été consacrée aux  plaidoiries et s'est tenue à la prison centrale de Bukavu.  

Dans sa plaidoirie, l'avocat du gouverneur de province, Me Jean Miguel CIRHUZA a demandé les circonstances atténuantes en faveur du prévenu, mais aussi a demandé 1 dollars américains comme dommages et intérêts devant le tribunal, pour le gouverneur de province afin d'achèter un Coca-Cola.

Etonnant, l'Avocat du gouverneur est parti avant la fin de l'audience quand le Directeur de cabinet du gouverneur, le professeur Jean Claude Mubalama est arrivé à la prison centrale, pendant que les avocats du prévenu étaient entrain de faire leur plaidoirie 

N'étant pas satisfait du premier rapport de la maison de télécommunication Airtel qui blanchi Me Heri Kalemaza, la partie civile avait sollicité la présence d'un expert airtel pour cette audience, mais il ne s'est pas présenté. 

Les avocats du prévenu ont de leur côté démontré que le ministère public était en difficultés d'établir les éléments légal, matériel et intentionnelles de l'infraction d'imputation mise à charge du prévenu et ont demandé l'acquittement du prévenu pour infraction non établie en fait comme en droit et ont présenté des éléments légaux, de jurisprudence et de doctrine qui démontrent l'acquittement de leur client. 

Le tribunal a pris l'affaire en délibéré et le jugement est attendu dans le délai de la loi (8 jours).

Pour rappel, lors 8 audience du vendredi 11 septembre 2020, consacrée à la lecture du rapport de la maison de télécommunication Airtel sur l'utilisateur du numéro incriminé au prévenu Me Heri Kalemaza, porte parole provincial du Parti Congolais pour le Progrès "PCP", il a avait été démontré que le numéro attribué au prévenu ne lui appartient pas mais plutôt à une à une femme.

Après l'audition de ce rapport qui à lavé Me Heri Kalemaza de tout soupçon compte tenu que le numéro mis en jeux par la partie civile Théo Ngwabidje n'appartient pas au prévenu, le tribunal s'était estimé suffisamment éclairé, mais la partie civile avait requis la comparution une fois de plus d'un expert-Airtel de Bukavu qui viendra selon elle, contredire le rapport venu et produit depuis le serveur central de la maison de télécommunication airtel Kinshasa. Fort malheureusement pour les avocats du gouverneur, l'expert ne s'est pas présenté.

Dans ce dossier, dont accuse Me Heri Kalemaza pour imputations dommageables à l'égard du gouverneur de province plusieurs feuilletons se sont déjà produits.

La province du Sud-Kivu qui était aussi partie au procès s'était désistée pour manque d'éléments et de personnalité juridique pour ester en justice. Un autre fait, le premier Président ce tribunal qui siège s'était déporté du dossier pour des raisons non avouées, mais certaines indiscrétions laissent entendre qu'il aurait subit une pression du pouvoir en place en vue de condamner le prévenu.

Arrêté depuis le 4 Avril 2020, le porte parole provincial du Parti Congolais pour le Progrès "PCP" est détenu à la prison centrale de Bukavu pour avoir selon l'entourage du du gouverneur, tenu des propos d'imputation à l'égard de l'autorité provinciale dans des réseaux sociaux, mais selon la maison de télécommunication Airtel, Me Heri Kalemaza n'a jamais tenu ces propos. Il s'agît plutôt d'une autre personne (femme) propriétaire du numéro attribué faussement à Me Heri Kalemaza.

 

Commentaires (Total : 1)

A
Amos kahasha 19/09/2020 21:10:47

L'orgueil du singe dépend de la forêt qu'il maîtrise.

laissez votre commentaire