Image Post

Sud-Kivu : Les médicaments d’une valeur de 45000$ détournés en 30 jours

A l’entrée, nous croisons une malade. L’air abattu, elle peine à marcher. Approchée, elle affirme, sous un ton de désolation, être en train de sortir pour s’acheter des médicaments afin de se faire soigner; car, d’après les médecins, l’établissement de soins est à court de médicaments.

Mercredi 8 Juillet 2020, il est 11h30 minutes à l’hôpital général de référence de Kadutu, dit chez Bulambo à Bukavu au Sud-kivu en République Démocratique du Congo.

Cette malade s’appelle Colette M’Zihalirwa; elle dit être déçue de constater que malgré son état de santé, elle est obligée d’aller à la recherche des  médicaments et fait savoir qu’au cas où les médicaments prescrits ne sont pas dans la pharmacie située juste à l’entrée de l’hôpital, elle allait faire un tour de la ville de Bukavu pour s’en procurer, ce qui affaiblirait d’avantage son organisme.

Colette M’Zihalirwa, déclare par ailleurs, que certains malades ne parviennent pas à se faire soigner convenablement du fait de leur pauvreté et de l’insuffisance des médicaments dans des structures médicales publiques de la localité.

A l’intérieur de l’hôpital, un médecin confirme sous anonymat les propos tenus par M’Zihalirma sans donner plus de détails s’il s’agit d’une rupture normale ou d’un détournement des médicaments supposés ravitaillés l’hôpital général de référence de Kadutu.

Plus de 20 hôpitaux publics affectés

Cet hôpital de référence n’est pas un cas isolé. Au Sud kivu, la rareté des médicaments affecte le grand hôpital de Bukavu “l’hôpital général provincial de référence de Bukavu” et plus de 20 autres hôpitaux que nous avons visités.

La présidente du bureau de coordination de la société du sud-kivu et déléguée de la thématique santé à la société civile, Marie Migani, parle d’une situation anormale qui a affaibli énormément le système sanitaire de la province du sud-kivu.

Les hôpitaux de l’Etat sont souvent sans médicaments et travaillent dans des conditions très difficiles, mais paradoxalement les services sont très chers et conditionnés par une caution avant tout traitement“, dit Madame Migani. “Et curieusement, le Sud-Kivu compte un nombre important des structures et officines médicales privées qui ne connaissent pas très souvent des ruptures en médicaments“.

Elle ajoute : “le Bureau Pharmacie de la division provinciale de la santé est au cœur de cette mafia sanitaire en Province qui, au lieu de réguler la distribution des médicaments se contente de la prolifération des  pharmacies privées qui sont bien ravitaillées en médicaments au détriment des hôpitaux publics.»

Elle parle d’un détournement de médicaments organisé par les responsables des hôpitaux de connivence avec les services spécialisés, en particulier la division provinciale de la santé.

“Vous allez voir un responsable d’un hôpital public de l’Etat qui a une pharmacie privée. Il consulte et renvoie les malades d’aller acheter les médicaments dans sa pharmacie “, dit-elle.

Kasali Robert, responsable d’une officine pharmaceutique privée dans la ville de Bukavu renseigne que le circuit d’approvisionnement et la vente des médicaments au Sud-Kivu est jonché de problèmes, tels que la corruption et le détournement, qui sont  cautionnés par les autorités en province. Il affirme que dans la politique du gouvernement congolais, les hôpitaux publics sont appuyés en médicaments qui depuis un moment n’arrivent pas à destination.

Il a rappelé qu’en 2010, Mme Shombo Ntabugi, médecin chef de zone de Bagira  avait été révoquée pour avoir détourné des médicaments destinés à la zone de santé de Bagira. Pour en arriver là, ce médecin chef de zone avait déclaré que ces médicaments étaient tous périmés pourtant ils étaient en bonne état et de bonne qualité.

Kasali Robert affirme que les médicaments destinés à approvisionner les hôpitaux publics sont  détournés par le ministère provincial de la santé, la division provinciale et l’inspection provinciale de la santé en collaboration avec les médecins chef de zone.

“A chaque approvisionnement, les responsables des structures médicales publiques revendent ces produits aux privés. L’hôpital provincial général de référence de Bukavu, l’hôpital général de Bagira, l’hôpital général de référence de Kadutu font cette pratique.  C’est qui justifie la carence des médicaments. 

Néanmoins, toutes ces transactions se font sous une certaine bénédiction des autorités provinciales sensées mettre un terme à cette pratique qui gangrène le système sanitaire dans la province du Sud-Kivu”, indique Kazali Robert.

Seulement 30% des médicaments arrivent à destination

La province du sud-kivu s’appuie sur la politique nationale d’approvisionnement des médicaments dans les structures médicales officielles.

Trois dépôts sont autorisés à importer et à distribuer les médicaments. Il s’agit du Dépôt Central Médico-Pharmaceutique(Dcmp), du Bureau Diocésain des œuvres médicales Bdom Diophar, et du dépôt Apamesk.

L’ancien médecin chef de Zone du territoire de Mwenga, aujourd’hui député provincial, Innocent Kababili fait savoir à The Museba project que les médicaments dont les zones de santé bénéficient viennent des partenaires, et le gouvernement provincial ne joue que le pont.

Il révèle que les réquisitions partent des zones de santé vers le bureau central de la zone de santé en vue d’être transmises vers la division provinciale de la santé qui valide les réquisitions. Puis, la division provinciale  les transmet aux partenaires qui à leur tour les répandent selon leurs capacités et acheminent les médicaments jusqu’aux zones de santé.

«Certains médecins chef de zone  de santé organisent des opérations retour entre les partenaires et la division provinciale de la santé, mais aussi certains partenaires ne font pas arriver tous les médicaments à destination”, dit Innocent Kababili. ”  Certains médecins directeurs détournent les fonds alloués à la réserve des médicaments estimés à 20% du montant réalisé par une structure médicale.”

L’ancien médecin chef de zone à Mwenga a confié à The Museba Project que “le détournement des médicaments au sud-kivu est donc facilité par les responsables de la division provinciale de la santé, certains partenaires et les responsables des zones de santé qui font des opérations retour et revendent ces produits pharmaceutiques à des officines privées au détriment de la population bénéficiaire».

Manque à gagner de 45000$ en 30 jours

De 2015 à ce jour, chaque trimestre et dans chaque zone de santé pour chaque réquisition faite,  seulement 30 % des médicaments arrive à destination, et le reste disparaît dans la nature; ce qui représente un manque à gagner de 5000 dollars américains (2.750.000 FCFA) par zone de santé. Le nom du chef de division de la santé est cité dans ces détournements; il agirait en complicité avec certains médecins chefs des zones.

Selon une source proche de la Division provinciale de la Santé, plusieurs cas de détournements ont été enregistrés au mois de septembre 2020.

A Kamituga dans le territoire de Mwenga, les médicaments d’une valeur de plus de 7000 dollars ont été détournés; à Bagira dans la ville de Bukavu,  plus de 8000 dollars  de médicaments détournés; à Itombwe plus de 5000 dollars, à Walungu 5000 dollars, à Miti Murhesa 4000 dollars, à Bunyakiri plus de 6000 dollars, à Idjwi des matériels médicaux d’une valeur de  plus de 10.000 dollars ont été détournés au niveau de la Division provinciale de la Santé. Au total, ces formations sanitaires ont perdu, en trente jours, les médicaments d’une valeur de 45.000 dollars(24.750.000 FCFA), qui ont fini dans les poches de quelques individus.

Le 14 septembre 2020, la société civile et la population de Kabare ont assiégé le bureau de la zone de santé pour demander que les médicaments soient mis à la disposition des structures médicales de la zone.

La société civile du territoire de Kabare dénonce régulièrement l’insuffisance des médicaments dans la zone de santé de Kabare. Dans un mémorandum du 11 Septembre 2020 adressé au gouverneur de province, cette organisation citoyenne dénonce l’absence des médicaments dans les centres de santé de ce territoire .

Emmanuel Bengeya, président de la société civile de Kabare, indique que la population contribue à hauteur de 30% pour l’approvisionnement en médicaments, mais depuis 7 ans, cet argent estimé à 140.000 dollars américains logé à Trust Merchant Bank “TMB” n’a jamais servi la communauté et personne ne connaît sa destination.

Emmanuel Bengeya dit que la carence en médicaments dans cette partie de la province est à la base de la résurgence des pharmacies de fortune et des soignants charlatans. Cette rupture est également, selon lui, à l’origine de nombreux décès des suites de mauvaises prescriptions médicales et la surfacturation des soins de santé dans les seize aires de santé du territoire de Kabare.

Dans cette affaire, la société civile pointe du doigt le médecin chef de zone de Kabare qui non seulement détournerait les médicaments mais bloquerait également les initiatives qui visent l’allègement des soins de santé.

Le ministre provincial de la santé, Cosmos Bishisha, attribue la carence en médicaments  à la mauvaise gestion de certains responsables des formations sanitaires; car, dit-il, dans le texte actuel, chaque structure est supposée avoir le capital médicament, en dehors de ce qu’elle reçoit gratuitement, afin d’être en mesure d’acheter les médicaments selon ses besoins.

«Les médicaments sont disponibles dans des pharmacies agréées, il revient donc à l’hôpital de bien gérer son stock”, a déclaré  Cosmos Bishisha; il a dit qu’il n’est pas au courant d’un “quelconque” détournement de médicaments.

Toutes fois, j’appelle les formations victimes de détournement des fonds-médicaments à me saisir afin de trouver une solution sur cette question qui touche à la vie des patients», il a ajouté.

Néanmoins, le ministre provincial dit être en train de mettre en place une politique d’approvisionnement des médicaments dans la province du Sud-Kivu. Un bâtiment du centre régional de distribution des médicaments est en construction à Bukavu à cet effet.

Nous avons tenté plusieurs fois de joindre le chef de  division de la santé pour avoir sa version des faits. Mais en vain.

 

Tags: The Museba Project

Commentaires (Total : 17)

K
KrbcZoods 24/09/2021 06:57:39

nursing thesis phd thesis writing help

K
KrbcZoods 20/09/2021 01:06:43

thesis proposal help professional thesis writing service

C
CnukjoypE 19/09/2021 09:56:26

writing a thesis writing thesis proposal

A
AnciRatte 18/09/2021 12:32:20

help writing a paper can you write my paper for me

D
Dbgvabets 18/09/2021 09:54:35

dissertation online help dissertation writing help

D
DnrjHancy 17/09/2021 19:22:58

dissertation topics in education dissertation topic

L
Lebnabets 21/05/2021 13:15:19

Cytoxan https://xlnpharmacy.com/ canada pharma limited

L
Lebnabets 16/05/2021 02:17:43

Norvasc http://xlnpharmacy.com/ cheapest pharmacy canada

J
Jbsdabets 26/04/2021 23:20:24

Furosemide http://onlinecanda21.com/ Cleocin

A
Abdgabets 23/04/2021 22:48:02

Endep https://canadianeve21.com/ - skin care Fulvicin

A
Abgcabets 09/04/2021 00:36:53

https://thesiswritingtob.com/ - thesiswritingtob.com phd thesis database thesiswritingtob.com write thesis

A
Abgcabets 01/04/2021 07:17:19

https://thesiswritingtob.com/ - phd online writing a thesis paragraph research thesis thesis database

A
Abgcabets 27/03/2021 01:56:43

https://thesiswritingtob.com/ - thesis statistics help online thesis best thesis writing service business thesis topics

L
Lmoppabets 24/03/2021 20:55:57

http://essaywriteris.com/ - the essay writer do my essay for me cheap write my social work essay order cheap essay online

A
Abgcabets 24/03/2021 07:33:35

https://thesiswritingtob.com/ - help writing a thesis statement writing a thesis paper example thesis thesis writing service uk

J
JbnbSuito 09/02/2021 18:12:14

pharmeasy canadian pharmacies that ship to us arthritis

F
Fqhhabets 08/02/2021 13:25:05

pharmacy technician classes online free motion sickness list of approved canadian pharmacies

laissez votre commentaire