Image Post

Caravane de paix pour la justice transitionnelle au Sud-Kivu : "Il faut un édit portant protection de tous les sites mémoriaux des massacres dès 1996", Député Georges Musongela

La population de Tanganyika soutient à la campagne de paix et de la sensibilisation pour la justice transitionnelle en République Démocratique du Congo. Elle l'a exprimé ce mardi 14 septembre 2021 a l'issue des rencontres avec les députés provinciaux du sud-kivu tenues à Mboko, Kabondozi, Lusenda et Lulinda dans le secteur de Tanganyika en territoire de Fizi.

Pour cette dernière, il est temps que les auteurs des massacres de 1996 à ces jours soient punis. A titre d'exemple, à Mboko, une centaine de personnes avaient été tuées par les armées Rwandaise et Ugandaise en 1998, faisant plusieurs victimes directes et indirectes. La même situation s'était produite en 2000 à Lusenda où des hommes du Rassemblement Congolais pour la Démocratie "RCD", ont massacré 142 personnes et enterrées dans des fausses communes. Le 24 août 1998, 284 personnes avaient été tuées dans une église, qui deviendra après la tombe de toutes ces personnes. 

Le président de la société civile de Tanganyika estime que cette caravane permettra de mettre en place des mécanismes de paix et de cohabitation pacifique, gage d'un développement durable. 

Samy Bin Amin se réjouit de la présence des députés provinciaux qui se sont engagés dans ce processus afin de porter haut la voix des victimes des massacres dans le territoire de Fizi. Pour lui, la justice transitionnelle est une condition sine quanone pour le développement de la province du Sud-Kivu et de la République Démocratique du Congo.

"Nous sommes très ravi par la présence des députés provinciaux dans notre entité. Nous soutiendrons cette démarche jusqu'à la publication des annexes du rapport Mapping  et la mise en place de la justice transitionnelle afin de juger les auteurs des massacres. Si les auteurs et co-auteurs des massacres sont condamnés, les victimes seront soulagées", dit-il.

Néanmoins, il a demandé au président de la République Démocratique du Congo et au gouvernement congolais de s'impliquer pour que le tribunal pénal international pour le Congo soit une réalité.

Membre de la délégation de six députés provinciaux en caravane de paix et de sensibilisation pour la Justice transitionnelle, Me Georges Musongela estime que 11 ans après la publication du rapport Mapping, la justice doit être rendue car les témoignages des rescapés, des victimes directes et indirectes sont gênants et c'est une interpellation pour nous tout le monde.  

Il a invité la population à perpétuer l'histoire de cette région pour que lors de l'instauration de la justice transitionnelle les témoignages de ces événements malheureux soient portés devant les instances judiciaires compétentes, mais aussi protéger les lieux où ont été enterrées les personnes massacrées pour raisons des preuves matérielles.

Par ailleurs, il révèle que les députés provinciaux initieront édit provincial portant protection des sites mémoriaux de tous les massacres depuis 1996. 

"Nous heureux de voir que dans certains villages les endroits où ont été enterrées les victimes sont protégés. Il nous revient de senbiliser cette communauté, mais aussi réfléchir sur un édit provincial qui porterait sur la protection et l'identification de ces sites mémoriaux qui sont d'un intérêt capital pour la province du Sud-Kivu et de tout le pays en général", renchérit-il.

Cet édit permettra, selon le député provincial Me Georges Musongela, à l'État congolais de mettre des moyens pour la construction des monuments ou des sites mémoriaux au-travers les fausses communes éparpillées dans tout le pays enfin de réécrire l'histoire de la République Démocratique du Congo.

Dans tous ces villages du secteur de Tanganyika en territoire de Fizi, la délégation de députés provinciaux s'est recueillie devant les monuments,  mausolée et fausses communes où sont enterrées les victimes de cette barbarie humaine.

 

laissez votre commentaire