Image Post

Interdiction de recrutement des étudiants dans les facultés de médecine : Carly Kasivita salue la décision

Le gouverneur du Nord-Kivu en congé, Carly Nzanzu Kasivita salue la décision prise par le ministre de l'enseignement supérieur et universitaire (ESU) proclamant les universités autorisées à organiser la faculté de Médecine humaine en travers le pays. Sur son compte tweeter, le chef de l'exécutif mis en congé souhaite voir la même mesure s'appliquer aux ISTM ouvrant en République démocratique du Congo.

 « Je souhaite que cette décision soit soutenue par tous les hommes d'Etat. L'Etat doit jouer son rôle de régulateur. Décision, qui heurte certains intérêts des particuliers mais très importante pour la société congolaise et l'humanité. Mon souhait de voir les ISTM aussi », peut-on sur son tweeter.

 Dans le circulaire signé à Kinshasa le 17 septembre, Muhindo Nzangi se base sur les recommandations des États généraux récemment organisés à Lubumbashi et qui autorisé seulement 16 universités. Le patron de l'ESU retient trois universités dans la province du Nord-Kivu dont l'Université catholique du graben (UCG) basé à Butembo, l'Université de Goma (UNIGOM) et l'Université libre des pays des grands lacs (ULPGL).

 Muhindo Nzangi prévient les universités non retenues sur la liste pour un éventuel recrutement des étudiants pour l'année académique 2021 -2022. Il ajoute que des dispositions de réorientation des étudiants des promotions montantes dans les universités frappées par la mesure seront prises ultérieurement.

 Le ministre de l’Enseignement supérieur et universiade (ESU) Muhindo Nzangi a interdit le recrutement des étudiants dans les universités dont les facultés de médecine sont déclarées non viables. C’est ce qu’indique la note circulaire Numéro 33 signée le 17 septembre par le ministre et rendue publique le 18 septembre dans la soirée.

 Sur base du rapport du Conseil national de l’ordre des médecins présenté et adopté lors des travaux des états généraux de l’ESU tenus à Lubumbashi du 10 au 14 septembre, argumente le ministre de l’ESU, seules 16 universités ont été choisies.

laissez votre commentaire