Image Post

RDC : Kigali de Kagame est une menace existentielle pour la paix à l'Est "tribune"  

Le discours du président Rwandais Paul Kagame au sujet des opérations menées à l'Est de la République Démocratique du Congo par des armées ougandaises et congolaises fait réagir la classe politique et sociale de la République Démocratique du Congo.

Pour certains, il est anormal que le président Rwandais s'ingère à tout dans les affaires internes de la République Démocratique du Congo.  

Marcelin CIKWANINE a, dans sa tribune parvenue à Libregrandlac.com, estimé qu'il faudra un jour mettre fin à cette arrogance et mépris de Kigali. 

Pilato ne manque aucune occasion pour énerver et réveiller les démons qui sommeillent en nous ! Cette arrogance et ce mépris de Paul Kagame prendront fin que le jour où les guerres qu'il nous impose depuis 25 ans se dérouleront d'où elles viennent, c'est-à-dire , à l'intérieur du Rwanda.   

Sans pouvoir user de «droit de poursuite » des assaillants étatiques et non étatiques qui viennent du Rwanda d'une manière ou d'une autre, il n'y aura jamais la paix durable dans l'Est du pays. Je le dis toujours en toute franchise et liberté, et je m'en fous des relations que ce criminel peut avoir avec nos différentes autorités sous différents régimes. En tout cas, ça ne m'engage pas, et c'est le cas pour l'écrasante majorité des congolais.

En suivant son discours d'hier devant le parlement, on comprend facilement que le Rwanda de Kagame constitue une menace existentielle, et sans y mettre fin les populations de l'Est ne pourront jamais vivre en paix.   

À l'alibi des FDLR qu'il s'est toujours servi depuis qu'il avait perdu la caution des Banyamulenge/Banyarwanda, il vient encore d'ajouter l'alibi des ADF, l'objectif étant de préparer l'opinion sur son droit d'interférer dans la question des ADF.

La présence de l'armée ougandaise à Beni pour des opérations conjointes avec les FARDC lui donne des insomnies comme qui dirait que cette partie du pays était le prolongement du Rwanda. Récemment, il s'est plaint dans une interview sur Jeune Afrique qu'il n'avait pas été prévenu de ces opérations.

Le Congo n'est-il pas un pays souverain ? En qualité de qui Kagame estime-t-il qu'il doit être consulté lorsque deux pays souverains et voisins s'engagent dans une coopération militaire ? Il se prend pour qui,ce Monsieur !   De quelle planète est-il venu cette créature aussi problématique, arrogante, belliqueuse,etc. !  Comprenez donc pourquoi ses camarades du maquis de la NRA en Ouganda  l'avait surnommé «PILATO».

Ils ne l'appelaient  que par ce nom. Il est en conflit avec tout le monde, il provoque tout le monde, il trahi tout le monde, etc.    

On dirait que le Rwanda seul a le monopole de la possession des «guerriers», lui qui fait les éloges de ses pseudo «professionnels» de guerre ou que Paul Kagame lui-même est un guerrier. Qu'il fasse peur aux ignorants et à ceux qui ne savent pas manier les armes et ne sont pas capables de déployer la violence. En tout cas, pas à nous autres. On se connait très très bien  !   D'abord lui-même Kagame n'est pas guerrier, il n'est pas un combattant, il ne sait même pas comment on se bat, ni comment on commande les opérations militaires sur le terrain.Il n'a vraiment pas aucune expérience de combat. 

C'est un officier de renseignement qui n'a jamais combattu depuis la guerre de Luweero jusqu'à la prise du pouvoir au Rwanda. N'importe qui peut être un officier de renseignement, y compris les civils comme d'ailleurs le sont la plus part les agents des services secrets.

Paul  Kagame a été formé pour ça, et c'est la seule expérience dont il peut prévaloir !  Pendant la rébellion de Museveni, il était un officier de renseignement après sa brève formation en Tanzanie après qu'il ait été recruté.

Dans l'armée ougandaise, c'est le même rôle qu'il a joué étant directeur chargé de «documentation» du service de renseignement militaire. Pendant la rébellion du FPR ,et ses camarades «Inkotanyi» peuvent le témoigner, il n'est jamais parti au front.

Il était d'ailleurs basé en Ouganda pendant que les «Inkotanyi» se battaient.  

Son QG était sur le territoire étranger, loin du front, où il était entouré par les officiers ougandais mis à sa disposition par le Général Salim Saleh pour coordonner les opérations.

Ce n'est qu'après  trois ans que, et lorsqu'une bonne partie du Rwanda était déjà conquise qu'il a déplacé son QG sur les collines de Mulindi en 1993, seulement quelques mois avant la fin de la guerre. 

Quant à ses militaires qu'il vente comme s'ils avaient le monopole de la combativité. Je suis de ceux qui ont une longue expérience de combat avec eux mais aussi je suis issu d'une tribu qui a une longue histoire de guerre avec le Rwanda. Il n'y a rien de spécial chez les rwandais. Ils ne sont fort que face aux faibles et/ou ceux qui ont une faible organisation. 

Au cas où certains l'ignoraient encore il est important de souligner et rappeler aux rwandais que ce sont nous les congolais qui avions toujours mené l'essentiel des guerres dont le Rwanda  s'attribue aujourd'hui les mérites, et en fait l'objectif de fierté pour eux et de mépris pour nous ainsi que d'autres peuples voisins. Y compris la guerre de Kisangani qui fait que Paul Kagame  se moque souvent des ougandais/Museveni déclarant sur les médias que les rwandais les ont déjà battu trois fois à Kisangani.

Des mensonges grossiers ! Car j'étais personnellement là, impliqué dans une guerre qui n'était pas la notre et qu'on a, en grande partie, gagné pour les autres. C'est le plus triste accident de l'histoire de la vie !  

La première guerre de Kisangani en août 1999 avait opposé exclusivement les  troupes congolaises du RCD aux ougandais. Ce n'était pas l'armée rwandaise, aucun militaire de l'armée rwandaise n'avait pris part à cette guerre.

L'armée rwandaise n'est intervenue que très brièvement dans la deuxième confrontation intermittente de trois jours.  Et la «guerre  de six jours» a été menée à 70% par nous, les congolais de la triste et maudite rébellion du RCD. Seulement 3 de 7 bataillons et une compagnie spéciale étaient composés des rwandais. Donc, de notre côté(RCD-Goma) il y avait 4 bataillons et une compagnie vennue en renfort depuis l'aéroport de Kavumu au Sud-Kivu. Mais les rwandais s'attribuent les mérites d'avoir battu les ougandais. Les autres se battent et meurent mais s'atribuent exclusivement la victoire !  

Même attitude durant la «première guerre» du Congo entre 1996 et 1997. Un triomphalisme égoïste et nauséabonde. On dirait qu'ils étaient seuls au front, or ils étaient les moins nombreux et les moins touchés par les pertes. Ils oublient que pendant qu'ils s'occupaient à traquer et exterminer leurs frères Hutus, car étant venu prioritairement pour ça, ce sont les «Kadogo» qui tenaient le front pour progresser. Combien de nos frères/camarades sont-ils  mort pour libérer ce pays de la dictature de Mobutu ? 

Les «Kadogo» étaient nombreux plus que toutes les autres forces et étaient à la première ligne sur tous les fronts jusqu'à Kinshasa.  J'ai une multitude d'exemples où les troupes rwandaises ne pouvaient pas avancer d'un pas dans le «front intérieur» durant la «deuxième guerre du Congo» ,et ce sont nous, congolais qui faisaient face à l'«ennemi». Ils nous appelaient toujours au secours, souvent pour ouvrir les chemins afin qu'ils passent pour aller camper sur les montagnes.  

Bref, cette puissance qu'on vente pour faire peur aux gens n'est qu'un mythe construit et que les rwandais font tout pour perpétuer.

Les rwandais ne sont pas aussi guerriers comme on veut le faire croire. Leur force se trouve seulement dans la faiblesse de l'organisation des congolais. Un petit groupe des congolais mieux organisés peuvent démystifier ce pays.  

En faisant un appercu histoire sur l'histoire du Rwanda et le rayoume de Bushi , l'un des centaines des royaumes qui ont formés le Congo en 1885, j'ai déjà présenté ici les récits des 17 guerres qu'il y a eu entre le Rwanda et le royaume des Bashi, ma tribu du Sud-Kivu. J'en parle avec détail dans mon livre à sortir au moment opportun.  Sur 17 guerres entre les deux peuples,  les rwandais avaient gagné seulement une seule guerre. Et c'était d'ailleurs grâce à la trahison des «filles Niganda» du clan Bega ( les Abega sont l'un des clans Tutsis d'où provenaient les Reines mères ) dont le père était originaire du Rwanda et qui étaient mariées au principe de Ngweshe et au roi de Kabare. L'histoire de la traitresse et jalouse Nakesa est bien connue au Bushi ! Sans cette trahison interne Rwabugiri ne pouvait pas vaincre les Bashi.  

Par contre, de notre côté, il y a eu 16 victoires, nous avions conquis et occupé le Rwanda entier durant 12 ans et ce n'est que lorsque le roi Nsimbula (Mushi-muhavu issu de l'union incestueuse d'une princesse et d'un prince du royaume des Bashi ) est mort au Rwanda suite à une maladie (il aurait été ensorcelé)  que le roi Ruganzu Ndori a repris son rayoume alors qu'il été en exil au Karagwe (actuel Tanzanie). La tradition rwandaise parle alors de la «restauration» du Rwanda qui avait déjà disparu de la carte.

Les récits historiques des cinq siècles des guerres entre le Rwanda et le Royaume des Bashi sont corroborées par la tradition officielle de l'histoire du Rwanda.  Lisez Alexis Kagame, P. Masson,Juan Vansina, Nyebery, Pages,etc. 

Nous avions tué deux rois rwandais, à savoir, Gahindiro, père de Ruganzu Ndori, que les «Banyabungo» avaient massacrés avec toute sa famille et anéanti ses armées, et Rwabugiri, le tout puissant et guerrier Roi rwandais tué en 1896 au Congo où il était venu attaqué les Bushi à partir du Lac-kivu (et sur le Lac-kivu qu'il était mort, après avoir été grièvement blessée par les guerriers «Banyabungo».  C'est le tout dernier roi rwandais avant la colonisation .

Alors, qu'on nous dise en quoi et comment les rwandais sont plus guerriers et spéciaux plus que nous pour que Paul Kagame et les siens fassent autant preuve d'arrogance comme s'ils avaient le monopole de la violence et de la guerre.

Cette arrogance m'énerve souvent, et je ne peux pas accepter que des gens qui ne représentent rien dans le fond puissent nous mépriser continuellement.

En tout, nous avons l'expérience et les connaissances nécessaires pour faire écrouler ces mythes de la puissance.  

Et à Paul Kagame et ses «chiens de chasse» qui se battent pour lui seul, non pas  pour le peuple frère rwandais , je dis tout simplement :   "Profitez seulement de la désorganisation de notre État à partir de Kinshasa. Car c'est ici que notre faiblesse apparente provienne. Mais un jour il y aura de l'ordre , l'État congolais sera organisé et vous verrez comment un petit groupe des congolaise pourra s'occuper de vous afin que chacun reste à sa place, chacun dans son pays et qu'on vive dans le respect mutuel".    

09 février 2022 

Marcelin CIKWANINE  consciencecbm@gmail.com

laissez votre commentaire