Image Post

Sud-Kivu : la Dynamique des Femmes s'oppose à l'entrée de la force régionale de l'EAC en RDC

La Dynamique des femmes du Sud-Kivu recommande au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, d'écrire urgemment au Conseil de Sécurité des Nations Unies "CSNU" afin de reconnaître et condamner l'agression de la RDC et de prendre des sanctions exemplaires aux pays voisins qui continuent à endeuiller la République Démocratique du Congo.


Dans une déclaration adressée au chef de l'État sur la situation sécuritaire qui prévaut en République Démocratique du Congo en général et dans les provinces de l'Ituri, Nord-Kivu et Sud-Kivu, ce jeudi 29 juin 2022, cette dynamique regrette l'occupation des entités du territoire congolais par les terroristes du M23 soutenu par le Rwanda sans que le chef de l'État demande officiellement au Conseil de Sécurité des Nations Unies de condamner cette agression.


Ces femmes membres des organisations et plateformes de la société civile ont, à l'occasion, dit non à la situation de guerre et conflits longtemps perdurés à l'Est, à la balkanisation et à l'instabilité des provinces de l'Est, non à l'ingérence du Rwanda dans les affaires de la République Démocratique du Congo et ont dénoncé les pratiques de corruption, clientélisme, tribalisme, régionalisme, collinisme, bantisme politique, le non respect de l'indépendance des pouvoirs qui gangrènent le système de gouvernance avec comme conséquences, l'insécurité et le manque de paix à tous les niveaux.

Les femmes du Sud-Kivu exigent ainsi la fin immédiate et sans conditions des hostilités, le retrait des groupes rebelles étrangers sur le sol congolais, la non négociation avec les groupes armés terroristes, l'application du chapitre 7 de la MONUSCO, la restructuration des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, le refus de l'entrée de la force régionale de l'EAC, faire du service militaire une obligation pour tous les finalistes de l'école secondaire, ainsi que faire participer les femmes à tous les processus de pacification et relèvement du pays.

Par ailleurs, elles recommandent au chef de l'État de mobiliser toutes les institutions de la République Démocratique du Congo afin d'améliorer les conditions sociales des Forces loyalistes et autres services de sécurité, notamment la police nationale congolaise, Agence nationale de renseignement et la Direction Générale de Migration à travers des actions urgentes et un budget conséquent afin de leur permettre d'être plus professionnels et dissuasifs, mais aussi de ravir aux étrangers et aux traitres avérés les postes stratégiques qu'ils occupent au sein des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise.

En cette période où la République est agressée, la dynamique des femmes du Sud-Kivu recommande au chef de l'État d'éviter les sorties du territoire national.

Elles ont promis d'accompagner et soutenir les FARDC et autres services de sécurité dans le combat pour la dignité du Congolais et l'intégrité de la République Démocratique du Congo. Pour elles, la population doit demeurer mobilisée et d'appliquer l'article 63 afin de barrer la route à toute manœuvre tendant à mettre en péril la sécurité au niveau tant provincial, national qu'international et de continuer à faire confiance aux forces loyalistes et cesser de les décourager par des informations subjectives des réseaux sociaux.

laissez votre commentaire