RDC : un an après, Félix Tshisekedi a redonné l'espoir et les investisseurs sont prêts à miser des gros capitaux (Héritier Ndjadi)


Image Post

Politique Publié le : 23/01/20 à 06:26:31
Par : Aboubakar Kigabi




Pendant que le monde entier soupçonnait un troisième mandat du président honoraire Joseph Kabila, la République Démocratique du Congo est entrée dans l'histoire des pays démocratiques en organisant les élections législatives provinciales, nationales et présidentielle le 30 Décembre 2018.

Élections au cours desquelles, le président de l'UDPS M. Félix Tshisekedi avait été élu président de la République sous le label de la coalition Cap pour le Changement "CACH". Investi le 24 Janvier 2019, l'heure est à l'évaluation de cette première alternance pacifique du pouvoir et de la première année de gestion du président Félix Tshisekedi.
Libregrandlac.com a rencontré M. Héritier NDJADI, Président ad'interim de la jeunesse de l'Union pour la Nation Congolaise au Sud-Kivu et Initiateur de la Dynamique JS8 VK.


Ci dessous l'interview :


LGL : Une année après, quelle différence constatez-vous dans la gestion du président Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila?


Heritier Nd: Une année passée à la tête d'un grand pays qu'est la République Démocratique du Congo, le Président Félix Tshisekedi est une bénédiction pour nôtre pays ainsi que toute l'Afrique comme l'a bien déclaré le Pape François 1er. Le Président a l'amour et la volonté de voir la RDC émergente. Un pays qui était par terre sur presque tous les plans. La plus grande différence avec son prédécesseur est que lui redonne un espoir aux investisseurs qui, sont aujourd'hui prêts à muser des gros capitaux en RDC.


LGL: Les réalisations de Félix Tshisekedi sont-elles à la hauteur des attentes de la population congolaise ?


Héritier Nd : A moins que vous soyez aveugles. Tout le monde voit que ce qui n'a pas été fait dans 18 ans, est entrain d'être fait en un clin d'œil comme par baguette magique. Les infrastructures subissent une modernisation inimaginable, les conditions sociales des militaires, la gratuité de l'enseignement,... Certes il y a des grands défis majeurs, mais avec le concours de tout le monde, la population peut espérer plus.


LGL : Après son investiture, le chef de l'État a lancé le programme de 100 jours. Et c'est une réussite ou échec?


Héritier Nd : Le programme de 100 jours étaient un signal fort pour le monde entier. On croirait Mzee Laurent Désiré Kabila qui a changé les choses en République Démocratique Congo juste dans trois mois de son arrivée. Tous les secteurs ont été touchés. Aujourd'hui on appelle le Président "Fatshi Béton". On ne peut ne pas donner un coup de chapeau au Directeur de cabinet du Chef de l'État, l'Honorable Vital KAMERHE pour un suivi responsable de l'effectivité de ce programme.

LGL : Les voyages et sorties médiatiques du chef de l'État, constituent une certaine menace ou force pour son pouvoir ?

Héritier Nd : L'état auquel le Président Félix Tshisekedi a trouvé le pays, valait la peine d'une très grande diplomatie afin que tout le monde comprenne qu'il y a eu alternance en RDC, changement du régime et que même ce qui était impossible est devenu possible. Il fallait aussi sensibiliser les compatriotes de la Diaspora pour qu'ils rentrent au pays en apportant bien sûr, l'expérience et l'expertise chez nous. A travers ces voyages, la République Démocratique du Congo a gagné plus d'un milliard et demi de dollars pour sa relance. A travers ces voyages, les autres pays du monde savent que la relation d'égal à égal est d'une importance capitale pour tous et que la RDC est un pays souverain.

LGL : Comment interprétez vous cette crise de confiance entre le FCC-CACH? Et c'est une menace pour la stabilité du pays ?

Héritier Nd : Le manque de confiance FCC-CACH est normal car le FCC se croit tjrs en compétition et espère reconquérir le pouvoir. Malheureusement pour eux, ils avaient plongé le pays dans un chaos que seul le CACH pouvait surmonter. Ayant toujours confiance à l'honorable Vital KAMERHE, le Pacificateur, la coalition doit être protégée pour le bien-être de la population. Mais, les partenaires du FCC doivent jouer franc-jeu. Sinon, le stylo rouge du Président, sera d'application. Ce manque de confiance n'est pas une menace parceque les partenaire doivent apprendre à nager dans un lac profond, s'ils ne veulent pas se conformer à la politique du changement par le travail. Le Président Félix Tshisekedi pourra être poussé à prendre des mesures plus sévères conformément à la Constitution bien sûr, si jamais la bonne foi ne se manifeste dans le chef de nos partenaires du FCC.

LGL : Quelle analyse faites vous de la grogne sociale sous Félix Tshisekedi ? Je cite, les mouvements de grève des agents de l'État.

Héritier Nd : Les aigris existent de part et d'autres et pensent que si on recommencerait à zéro, ils deviendront ministres ou autres choses. Ils sont prêts à tout faire bâcler. Heureusement que la politique FaTshiVit est solide. Même Paris ne s'était pas construit en un seul jour. Beaucoup d'agents fictifs, non mécanisés, non payés existaient et le gouvernement déboursait plus d'argent. Avec FaTshiVit, il y a des avancées significatives.

LGL : Quelles perspectives envisagez-vous pour les années qui restent pour ce premier mandat du CACH ?

Héritier Nd : Nous rassurés qu'avant la fin du mandat de Président Félix, la République Démocratique du Congo sera plus forte et plus puissante qu'elle ne l'avait été. Faisons confiance à nos institutions et ses animateurs.

LGL : enfin, les conflits internes au sein du CACH, n'est-ce pas un blocage ? Quelle lecture faites-vous ?

Héritier Nd : Dans chaque famille, chaque maison, chaque société au monde, il y a tjrs des conflits, dans la coalition aussi. Mais, ce qui se passe à l'interne est le fruit de ceux que nous avions qualifiés des "Haineux". Ils doivent comprendre que sans cette coalition (CACH), on assisterait peut-être à ce que le constitutionnaliste Boshab a appelé "l'inanition". Nous devons nous accepter les uns et les autres pour l'intérêt du peuple Congolais.


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


Covid-19 au Sud-Kivu : le gouverneur Ngwabidje Kasi suspend des trafics maritimes fluviaux et vole d...

Dans un point de presse animé au gouvernorat du Sud-Kivu dans la soirée de ce mardi 31 mars 2020, que le  gouverneur de la province annoncé la suspension du trafic des personnes dans tous les postes d’entrée et de sortie à p...

Politique - il y a 7 hrsLire la suite

Goma : La dynamique paysanne féminine à la rescousse des démunies pour lutter contre le covid19....

Le coronavirus n’arrête pas la chaîne de solidarité en faveur des plus démunis, la dynamique paysanne féminine s'est   démarquée de par sa générosité en venant au chevet des femmes culti...

Politique - il y a 8 hrsLire la suite

COVID-19 : le député national Delly Sessanga et la sénatrice Néfertiti Ngudianza sacrifient leur...

Dans deux correspondances adressées pour le député national Delly Sessanga le 31 mars au bureau de l’Assemblée nationale, et pour la sénatrice Néfertiti Ngudianza le 28 mars dernier au bureau du Sénat, les deux parl...

Politique - il y a 9 hrsLire la suite

Covid-19 Sud-Kivu : Le Gouverneur de Province Théo NGWABIDJE Kasi confirme deux cas Positifs import...

Ceci a été rendu public au cours d'un point de presse que le Gouverneur de Province Théo NGWABIDJE Kasi a tenu à son cabinet de travail ce lundi 30 mars 2020, devant la presse tant locale, nationale qu'internationale a Nyamoma Théo NG...

Politique - il y a 2 joursLire la suite

Sud-kivu-Covid-19 : le député Homer Bulakali plaide pour le renforcement des mesures sécuritaires...

Dans une correspondance adressée  gouverneur de province et dont copie est parvenue à libregrandlac.com, l'élu de Bukavu note quelques irrégularités dans la prévention du coronavirus au Sud-Kivu et plaide pour le renfo...

Politique - il y a 4 joursLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire