RDC-PPRD : Lorsque Shadary et Mabunda dérapent et menacent les juges pour paralyser le pays


Image Post

Politique Publié le : 23/01/20 à 18:11:27
Par : Afriwave.com




C’est un dérapage de plus et inacceptable que sont les propos tenus par le Secrétaire permanent et n° 2 du Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD) de Joseph Kabila Emmanuel Ramazani Shadary.

Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux et dans un discours devant les militants de son parti dont la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, Shadary brandit carrément des « menaces à l’endroit des juges » qui fouinerait et promet  de paralyser le pays via une « mobilisation » de leurs si l’on « touchait » à Albert Yuma, le PCA de la Gécamines et l’un de leur englué dans une affaire judiciaire.  

Ce comportement de l’ancien candidat malheureux à la présidentielle interpelle aussi bien qu’il démontre à l’opinion que beaucoup des gens n’ont pas encore compris que les choses doivent changer une fois pour toute. Et de demander si Shadary parle en son nom propre ou celui du président de son parti, en l’occurrence Joseph Kabila de qui les membres de l’ancien régime détiennent tous un semblant de tranquillité jusque-là.

La sortie médiatique de Shadary intervient après celle de Jeanine Mabunda qui s’était cru dans son droit de répondre aux propos du chef de l’Etat sur une probable dissolution de l’Assemblée nationale.

En effet, dans ce devait être une cérémonie traditionnelle de vœux et un simple échange avec la presse mardi 21 janvier 2019, Jeanine Mabunda s’est cru dans son droit de répondre aux propos du chef de l’Etat tenus à Londres devant la communauté congolaise dimanche 19 janvier 2020 au soir sur une possibilité de dissolution de l’Assemblée nationale en cas de crise permanente dans le fonctionnement du pays.

Ne prenant visiblement pour elle que les articles favorables en omettant sciemment ceux d’autres qui déterminent les prérogatives du chef de l’Etat selon d’autres constitutionnalistes, Jeannine Mabunda déclarait en effet : « Mon collègue du Sénat et moi, lui avons rappelé- le 13 janvier dernier lors d’une audience à Kinshasa – la ratio legis de l’article 148. Il ne faut pas jeter les articles de la Constitution en pâture à des incompréhensions ou des malentendus, continue Mme Mabunda. L’article 148 parle bien de dissolution de l’Assemblée nationale, mais dans des cas précis. Il y a des conditionnalités. Il faut qu’il y ait crise persistante entre le gouvernement et la Chambre basse du Parlement. Ce qui, pour l’heure, n’est pas le cas puisque le programme du gouvernement et le budget ont été votés au-delà de notre propre majorité parlementaire ».

Pour la présidente de l’Assemblée nationale qui menace, « selon les prescrits de cet article, par ailleurs, le président de la République est invité dans le cas de cette crise à consulter le Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, et le président du Sénat avant toute décision. Faute de quoi, on serait dans une violation de texte. Et cette violation est régie par l’article 165 de la Constitution, qui dit que toute personne qui méconnaît notre loi fondamentale peut être exposée au cas de haute trahison pour violation intentionnelle de la Constitution. Je ne cite que des articles. Je ne prends pas position ».

Malgré les apparences et les semblants, la crise est belle et bien «  persistante » entre le CACH et son partenaire de coalition le FCC. Ce qui n’a pas empêché le groupe parlementaire Cap pour le changement de protester vivement à ce qu’il qualifie des « propos irresponsables, irrespectueux, inappropriés et outrageants à l’égard du chef de l’État ».

Reconnaissant du reste elle-même « l’indécence de leurs querelles politiques internes, intestines et stériles » par rapport aux problèmes essentiels de survie du peuple congolais et querelles qui  doivent s’effacer ; Mabunda saura-t-elle s’amender pour présenter ses excuses au président de la République à défaut de  se démettre en présentant sa démission ? Là demeure la survie même de cette coalition CACH-FCC décriée par tous.


Partagez cet article :

Articles à lire sur le même sujet :


Sud-kivu-Covid-19 : le député Homer Bulakali plaide pour le renforcement des mesures sécuritaires...

Dans une correspondance adressée  gouverneur de province et dont copie est parvenue à libregrandlac.com, l'élu de Bukavu note quelques irrégularités dans la prévention du coronavirus au Sud-Kivu et plaide pour le renfo...

Politique - il y a 4 hrsLire la suite

RDC : deux ex-ministres dont celui de la Santé condamnés pour détournements de fonds.

Deux anciens ministres, dont celui de la Santé qui avait géré le début de l’actuelle épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, ont été condamnés lundi à des peine...

Politique - il y a 5 joursLire la suite

Covid19 en RDC : la NDSCI suggère la mise en quarantaine des membres du gouvernement et la préside...

Dans son communiqué de presse relatif à la propagation de la pandémie de coronavirus en République Démocratique du Congo, la nouvelle dynamique de la société civile "NDCSI" en sigle dit suivre avec inquiétude la pr...

Politique - il y a 7 joursLire la suite

Coronavirus en RDC : l'opposant Fayulu sensibilise ses compatriotes

Cette fois-ci, ce n’est pas pour appeler les institutions de son pays à établir la « vérité des urnes », donc la victoire à la présidentielle de décembre 2018 remportée selon la commissi...

Politique - il y a 2 semainesLire la suite

RDC : un 2ème ex-chef de guerre condamné par la CPI libéré à Kinshasa

L’ancien chef de guerre congolais Germain Katanga, condamné par la Cour pénale internationale (CPI), a été libéré lundi à Kinshasa, vingt quatre heures après la libération  d’un autre ex-che...

Politique - il y a 2 semainesLire la suite

Annonce
PROGRAMMES DE VOYAGES
  • Matin (Du mardi au vendredi) : GOMA - BUKAVU
  • Chaque soir : BUKAVU - GOMA - BUKAVU

Contacts :
+243 977749937, +243 975468469, +243 894402457
Partagez nous votre commentaire