Image Post

RDC : les députés impliqués dans la guerre à l'Est

En République démocratique du Congo, les députés nationaux ont décidé de participer à l'effort de guerre à l'Est en renonçant à 500 dollars de leurs émoluments. La somme sera reversée aux militaires qui luttent contre les groupes armés dans cette partie du pays.

Pour gagner une guerre, les hommes, l'arsenal militaire et la volonté sont capitales. Mais il faut des moyens financiers pour assurer cette logistique. Le nerf de la guerre permet aussi de ''gonfler'' le moral de la troupe. Les députés congolais semblent avoir intériorisé cet aspect.

Ils perçoivent un peu de 4 000 dollars par mois, en juin 2020, l'ancienne présidente de l'Assemblée nationale, Jeanine Mabunda militait pour une augmentation de 50 % des émoluments de ses collègues, l'affaire est restée sans suite. Mais mardi, ces élus nationaux ont à l'unanimité approuvé la proposition visant à donner 500 dollars de leurs émoluments pour venir en aide aux forces armées et à la police déployées dans l'Est du pays pour mettre fin à l'instabilité qui règne dans cette zone. A défaut de troquer leur écharpe contre une tenue militaire.

Une décision qui survient quelques jours après de pouvoir en Ituri et au Nord-Kivu par des militaires nommées par Félix Tshisekedi dans le cadre de l'état de siège décrété dans ces provinces.

Des militaires au pouvoir à l'Est

Un contingent militaire est arrivé lundi dans le Nord-Kivu, avec à sa tête le lieutenant Général Constant Ndima Kongba, qui dès sa prise de fonction à tenu à marquer son territoire : ne pensez-pas que je partirais dans un mois si vous n'arrêtez pas, je serais là et je serais sans état d'âme, spécialement les groupes armés étrangers doivent partir. Le général sera aidé dans sa mission par le commissaire divisionnaire Ekuka Lipopo. Et dans l'Ituri, le lieutenant Luboya Nkashama Johnny et le Alonga Boni Benjaminn seront aux commandes.

L'Est de la RDC, est en proie aux violences depuis de longues années. La région très convoitée et riche en ressources naturelles comme le coltan, la cassitérite attisent l'appétit vorace des groupes armés qui se sont lancés dans des trafics. Plusieurs accusent les membres des FARDC de leur vendre des armes. Les gouverneurs militaires affectés dans ces provinces promettent d'inverser la tendance. Et l'union sacrée autour de la question d l'Est peut être une source de motivation. L'opposition joue aussi son rôle. La coalition Lamuka organise vendredi une messe dite de solidarité avec les populations de l'Est.

Commentaires (Total : 1)

Écho du Congo, rédaction. 13/05/2021 17:41:08

Bravo aux députés et tous les congolais nous devrions manifester notre élan de solidarité. On doit fermer les frontières pour les personnes et étendre l'état de siège au Sud-kivu et su Katanga

laissez votre commentaire