Image Post

RDC : "S'il n'y a pas élections dans le délai, l'article 64 sera d'application", Dr. Homer Bulakali, candidat député national n°15 à Bukavu

Les élections doivent se tenir le 20 décembre en République Démocratique du Congo. Il s'agit de scrutins couplés puisqu'ils regroupent les élections présidentielle, législatives, provinciales et municipales. La campagne électorale pour la Présidentielle a officiellement démarré le 19 novembre 2023.

Pendant ce temps, la capacité de mobilité et d'intervention de la Commission Electorale Nationale Indépendante "CENI" est très réduite. Son président, M. Denis Kadima, l'a signifié dans sa correspondance adressée au président de la République et qui, dans le fond soulève des doutes quant à la capacité de la CENI à organiser les élections dans les délais.

Le candidat n°15 à la députation nationale dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu, Dr. Homer Bulakali, a, dans une conférence de presse du 11 décembre 2023, noté quelques inquiétudes de mauvaise foi du gouvernement congolais et de la Commission Electorale Nationale Indépendante à organiser des élections bâclées ou planifier un glissement.

"Jusqu'aujourd'hui, les électeurs ne savent pas leurs bureaux de vote, à 8 jours du scrutin, les matériels électoraux ne sont pas dans les centres de vote. La CENI a besoin de 4 Antonov 26 et de 10 hélicoptères afin d'être capable de déployer ses cargaisons dans les délais. Dans un pays comme la RDC, comment cela sera possible dans ce temps qui reste?", s'interroge ce candidat de l'Union pour la Nation Congolaise "UNC".

Néamoins, il maintient la pression sur la Commission Electorale Nationale Indépendante et le gouvernement congolais à organiser des bonnes élections dans le délai.

"Nous voulons pousser le gouvernement à organiser les élections dans les bonnes conditions d'ici le 20 décembre 2023 car c'est une date constitutionnelle et au cas où, il n'y a pas des élections dans le délai, nous appellerons les candidats députés, tous sans exception à réclamer ces élections et si pas ça, il faudra appliquer l'article 64 de la constitution", prévient Dr. Homer Bulakali.

Il appelle également la population à se mobiliser pour réclamer son droit afin de se doter des dirigeants qu'elle veut. Pour lui, il n'y aura pas une seconde de plus au-delà du 20 décembre 2023 pour le régime Tshisekedi.

Près de 44 millions d'électeurs inscrits, sur une population de près de cent millions d'habitants, doivent choisir entre les 26 candidats à la Présidentielle. Mais aussi parmi 25 832 candidats aux législatives. Il faudra par ailleurs départager les 44 110 candidats aux élections provinciales de même que les quelque 31 234 candidats aux municipales.

Commentaires (Total : 1)

Élias 17/12/2023 08:18:31

Comment peut on écrire un tel article sans rappeler les dispositions de l’article 64 de la constitution ? Et cet article a passé tous les contrôles et niveaux de censure pour être publié…..

laissez votre commentaire