Image Post

Ituri : le professeur Pascal Kavarios estime inopportun le remplacement du gouverneur militaire

Le professeur Pascal Ndudanga Kavarios s'inscrit en faux contre la déclaration de la société civile de l'Ituri et de la milice CODECO demandant au chef de l'état congolais le remplacement dans 10 jours du Lieutenant Général Luboya N'Kashama, gouverneur militaire. 

Dans son point de presse, l'enseignant d'université précise que , "l'insécurité qui ne cesse d'endeuiller la province de l'ituri tout entier, ne pas une émanation de la Monusco même pas de l'état de siège et de son commandant le lieutenant général Luboya nkashama Jonny. Tout en signifiant aux ituriens que le problème réel est à combattre par tous et pour tous, reste le conflit iturien injustifié tendant à devenir chronique entre les ituriens."

A lui d'appeler les Ituriens à la sagesse,"Frères et sœurs ituriens, nous qui avons le privilège de parler au nom des ituriens comme notables, élus et groupe de pression en Ituri, il nous faut la sagesse et non les émotions, par ces privilèges, ne troublons pas l'opinion publique et ne nous versons pas dans la diversion" précise-t-il. 

Les Ituriens et les leaders doivent s'investir comme l'équipe de task force dans la recherche de la paix en invitant les fils et filles égarés, aveuglés et endoctrinés par des pratiques mysticaux religieuses à rejoindre la table offerte par le président de la République, qui est le programme de désarmement, démobilisation et relèvement communautaire et stabilisation (PDDRC-S). 

"Quand le monde entier suit qu'en Ituri, les Ituriens tuent les ituriens et que les mêmes ituriens réclament le relèvement endéans 10 jours des autorités de l'État de siège qui se battent au vu et au su de tout le monde pour le renforcement des effectifs militaires aux fronts pour contenir les atrocités répétitives"_ s'est-il indigné. 

A ces jours, tout les mondes se disent que la solution au problème de l'Ituri réside entre Ituriens et non mettre aux dos des animateurs de la l'état de siège.

laissez votre commentaire